Cet espace est ouvert à toutes les actualités, informations, communiqués.......................
N'hésitez pas à me transmettre vos news à herve.butterdroghe@bergues.biz

Février 2010 : Débat d'orientation budgétaire : continuer à rembourser la dette et prévoir des travaux

La porte d'Hondschoote devrait bénéficier de travaux de rénovation, en partie subventionnés.
Lors du débat d'orientation budgétaire, jeudi soir, le point le plus important du conseil n'a donné lieu qu'à de rares remarques de la part des oppositions de droite dans une atmosphère de consensus sur les investissements annoncés.

« La barque tanguait, mais elle s'est redressée. Il faut maintenant lui donner la voilure pour avancer. » Brigitte Douay, première adjointe chargée des Finances, a ainsi décrit la situation financière de la ville. Une situation marquée par une dette énorme, mais, pour reprendre l'expression de l'élue, « on a arrêté l'hémorragie » : 5,57 millions fin 2008, 5,25 millions fin 2009 et 4,9 millions attendus à la fin de l'année. Au 31 décembre, la dette s'établira à 1 214 E par habitant. « Le remboursement du capital de la dette pèsera pour 342 000 E dans les finances en 2010. »
Investissements.
La somme prévue pour les investissements se monte à 1 065 000 E parmi lesquels la première tranche de la rénovation des remparts pour 517 000 E. Les travaux, à réaliser cette année, concerneraient la porte d'Hondschoote. Le Département apporterait une subvention de 281 000 E.
Les autres investissements porteraient sur des plantations au parc, des réparations de bouches à incendie, des travaux dans des bâtiments publics (écoles, presbytère)... L'Électeur de Lamartine devrait bénéficier d'une restauration. Selon Pierre Devos, la dernière remonte à 1997. Jacques Martel a suggéré que l'on en profite pour rendre le géant mobile. On pourrait le déplacer facilement, y compris hors de Bergues « pour promouvoir la ville ». Cette proposition a retenu l'attention de la majorité.
Taux.- La majorité propose de garder les mêmes taux d'imposition : 25,66 % pour la taxe d'habitation, 34,8 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties, 94,17 % pour le foncier non bâti.
Conservateur.
Selon le maire, Sylvie Brachet, « le recrutement d'un conservateur pour le musée est en cours. Vingt-six candidatures ont été reçues. Un premier entretien a eu lieu mardi ». Un autre suivra.
Tramway.
Une régie spécifique pour encaisser l'argent dégagé par l'activité du tramway touristique a été créée pour se mettre en conformité avec le Code général des impôts. En 2008, le tramway a dégagé plus de 110 000 E de recettes en raison de l'effet Bienvenue chez les Ch'tis et 73 000 E l'an dernier. Par ailleurs, il existe 17 emplacements publicitaires à louer dans ou sur ce véhicule pour la saison estivale. Coût : de 300 à 1 000 E selon l'endroit et la taille de la publicité.
Carnaval.
La décision s'applique dès le carnaval de cette année (le 7 mars). Les professionnels (cafetiers, restaurateurs) paieront 20 E le mètre pour occuper le trottoir, et les associations, berguoises ou non, 10 E. Ils contribueront ainsi au financement du nettoyage de la ville après la fête. La ville installera 12 toilettes un peu partout et deux conteneurs devant le beffroi.
Centre communal d'action sociale.
Sylvie Brachet a rappelé sa volonté de voir le CCAS quitter le premier étage de la mairie, lieu exigu, difficile d'accès, manquant de confidentialité : « On envisage fortement de l'installer courant 2010 dans une partie du bâtiment du foyer socioéducatif. »

L. L.
Source : samedi 27.02.2010, 05:05 - La Voix du Nord 

JUILLET 2009 Conseil municipal : les finances se redressent

Le conseil municipal s'est réuni, vendredi soir, sous la présidence de Sylvie Brachet. Tous les points à l'ordre du jour ont été adoptés.

Nouvelle conseillère :
Catherine Huyghe, démissionnaire de son mandat de conseillère, a été remplacée par Jacques Ludwigs. Il siégera à la commission comité des fêtes et qualité de vie et remplacera Catherine Huyghe au Sirom (Syndicat intercommunal de ramassage des ordures ménagères).
Sandrine Théry remplacera Catherine Huyghe en tant que déléguée à la jeunesse et responsable du conseil municipal d'enfants. Autre nomination au 1e r juillet : Dorothée Vergult, secrétaire général de mairie.

Communauté de communes
Un vote a validé la candidature de Brigitte Douay, première adjointe, face à deux autres candidats, Marc Bourel et Bruno Delaplace, comme nouveau délégué pour siéger à la communauté de communes du canton de Bergues (CCCB), et celle d'Anne Vanaker comme suppléante.

Finances.
La chambre régionale des comptes (CRC) rend un avis positif sur la manière dont la commune a redressé ses comptes.
La commune a été en mesure de résorber sur le seul exercice 2008 le déficit de 472 838 E que la CRC avait proposé de réduire sur deux exercices. Cette résorption s'est opérée grâce à des recettes exceptionnelles : versement anticipée de la taxe professionnelle de 107 000 E, fréquentation touristique (qui a rapporté 110 000 E) et maîtrise des dépenses ayant entraîné des annulations de crédit en fonctionnement de 83 780 E et en investissement de 247 427 E. Le budget de la collectivité est en équilibre. Le compte administratif dégage un excédent cumulé de 73 240 E. Les recettes propres à la section d'investissement couvrent le remboursement du capital des emprunts à échoir en 2009. La commune a été en mesure de présenter un budget primitif pour 2009 en équilibre et de satisfaire, avant le terme prévu en 2010, au plan de redressement proposé par la chambre régionale des comptes. Dans ces conditions, il y a lieu de clore la procédure de redressement budgétaire de la commune.
Sylvie Brachet poursuivra sa politique d'austérité : différer dans le temps les investissements et ne pas réemprunter.
Les autres points seront développés dans une autre édition.

Source: jeudi 09.07.2009, 04:48 - La Voix du Nord

Avril 2009 : Finances municipales : toujours le poids de la dette

Voici les principales décisions votées mardi soir lors du conseil municipal.

Compte administratif :.
Le compte administratif présente un total des recettes de 4 135 824 E et un total des dépenses de 4 062 583 E, soit un excédent d'environ 73 000 E. La ville s'attendait à un déficit de 472 000 E.
Plusieurs raisons expliquent ce résultat : rigueur dans la gestion suite aux recommandations de la chambre régionale des comptes, non-renouvellement de huit contrats d'employés municipaux, suppression du feu d'artifice, du repas des anciens remplacé par un goûter... La ville a aussi enregistré 216 000 E de recettes supplémentaires (100 000 E dus à l'effet « Ch'tis » et 116 000 E, fruit de deux années de perception du Fonds départemental de compensation de la taxe professionnelle).
La ville a contracté un emprunt de 300 000 E en 2008 pour financer des investissements engagés par l'ancienne majorité en 2007.
Selon Brigitte Douay, adjointe aux Finances et aux Affaires économiques, « on a moins investi en 2008 et on a abandonné certaines dépenses  ».
La majorité et le groupe d'opposition Bergues, un horizon pour tous ont adopté le compte administratif. Le groupe Bergues passionnément s'est abstenu.

Budget primitif:
Il s'équilibre à 3 504 000 E en section de fonctionnement et à 1 395 000 E en section d'investissement. Il dégage un autofinancement de 566 500 E (épargne brute). Le remboursement de la dette de 5,6 millions ponctionnera, cette année, 620 000 E.
La somme de 83 000 E a été inscrite pour faire face à des dépenses imprévues, par exemple remettre aux normes de sécurité des bâtiments accueillant du public.
L'encours de la dette atteint 1 287 E par an pour chacun de 4 077 habitants, y compris les bébés (777 E dans les villes d'une taille comparable).
« On arrive à régler les factures dans les délais  », a précisé Brigitte Douay. Toutefois, le poids de l'héritage va continuer à se faire sentir. « On est endettés jusqu'en 2025 avec une petite marge de manoeuvre à partir de 2016.  » Elle a comparé la dette a « des semelles de plomb pour avancer  ». La majorité et le groupe Bergues, un horizon pour tous ont voté pour le budget primitif. Le groupe Bergues passionnément s'est abstenu.

Travail d'intérêt général:
La ville s'est déclarée intéressée pour accueillir les Berguois condamnés par le tribunal correctionnel à un travail d'intérêt général. Ce TIG consiste à effectuer un certain nombre d'heures non payées au service de la collectivité (mairie, associations...) en guise de réparation du préjudice commis. Thérèse Vermersch, adjointe aux Affaires familiales, sociales et scolaires, a répondu aux questions des groupes d'opposition sur les conditions d'encadrement, la nature des tâches à accomplir... Selon elle, « cela concerne 4 ou 5 dossiers par an » à Bergues. Jusqu'à présent, les Berguois condamnés à un TIG le faisaient dans une autre ville. Les élus ont voté ce point à l'unanimité.

Station d'épuration
Les travaux de construction de la nouvelle station d'épuration vont commencer ce mois-ci sur le site de l'actuelle station, qui date de 1975, devenue non conforme au fil des ans. Le chantier va durer dix mois. •

L. L.

Source : samedi 04.04.2009, 04:50 - La Voix du Nord

Mars 2009 : Débat d'orientations budgétaires : la ville joue la carte de la prudence

Avec une dette de 6 millions d'euros, qui court jusqu'en 2025, les élus berguois doivent jouer la carte de la prudence. En 2009, l'enveloppe consacrée aux investissements sera donc modeste, « ce qui ne veut pas dire que nous ne ferons rien », a souligné Sylvie Brachet, lors de la présentation du débat d'orientations budgétaires, lundi soir. Un débat qui a été adopté à l'unanimité parfaite : zéro abstention, zéro vote contre.

259 500 E : voilà l'enveloppe 2009 consacrée aux investissements. Les grandes lignes ? « Tenir les engagements pris devant la Cour des comptes de façon à rembourser la dette, maintenir une fiscalité stable, maîtriser la masse salariale, remettre en sécurité les équipements et les locaux, changer les habitudes pour aller vers des consommations plus respectueuses de l'environnement et remettre en état le patrimoine », a détaillé Sylvie Brachet.
L'année dernière, heureusement, quelques recettes ont apporté une petite bouffée d'oxygène aux finances locales : les unes liées aux montées du beffroi et aux balades en tramway, qui ont rapporté 110 000 E (merci Dany Boon !) les autres à des subventions, dont 218 000 E dans le cadre du Fonds départemental de la taxe professionnelle, « ce qui correspond au versement de deux années de retard », a précisé Brigitte Douay, adjointe aux Affaires financières et économiques.
Pas d'emprunt
Côté fiscalité, après la hausse de 2,5 % des valeurs locatives en 2008, les taux seront stables. « En matière de dotations, a enchaîné Brigitte Douay, la situation est délicate du fait de deux facteurs conjugués : d'un côté, la baisse de la population de l'autre, celle des dotations de l'État, soit une perte estimée à 36 000 E.
» Les charges du personnel communal (1,352 million d'euros) resteront elles aussi stables. « Nous voulons maîtriser la masse salariale, a souligné Sylvie Brachet. Les deux départs en retraite programmés cette année ne seront pas remplacés.
En revanche, nous souhaitons embaucher un conservateur. » Côté investissements, aucun emprunt ne sera souscrit en 2009. Les réalisations concerneront le parc de jeux (investissement différé en 2008 pour raisons de trésorerie) l'achat de matériels pour les espaces verts (7 000 E) la réfection du matériel incendie (19 000 E) : « Nous avons quarante bouches d'incendie, la plupart sont dans un état défectueux. Cette somme de 19 000 E ne correspond qu'à une première tranche de sept bouches d'incendie », a précisé Brigitte Douay.
Autres investissements (liste non exhaustive) : 10 000 E pour l'aménagement de la halte-garderie et pour les vestiaires des espaces verts et 65 000 E (plus 30 000 E reportés de l'exercice 2008), pour l'éclairage et le réseau d'électrification.
Reste les investissements lourds, qui nécessiteront la recherche de partenariats. 50 000 E seront consacrés à une étude sur le beffroi et l'école de musique, confrontés à des problèmes de sécurité (au niveau du campanile pour le premier de la voûte pour la deuxième). « Il s'agit d'investissements conséquents, qui ne pourront être supportés par la ville. Cette étude est le seul moyen pour alimenter les pompes à subventions », a justifié Brigitte Douay. Réaction de Jean-Paul Denys, pour l'opposition : « Nos souhaits ont été entendus. Après une première année difficile, ce sont de bonnes orientations. »

t OL. D.

Prochain conseil le 9 mars, avec le vote du budget définitif.

Source : - La Voix du Nord -
Vendredi 13.02.2009, 04:48

Octobre 2008 : Conseil municipal : la ville souscrit un emprunt de 300 000 E

Tous les points du conseil municipal, avec un ordre du jour essentiellement financier, ont été adoptés à l'unanimité, mercredi soir.


Souscription d'un emprunt.- La ville souscrit auprès de Dexia un emprunt de 300 000 E pour quinze ans au taux de 5,38 %.

Deux autres banques ont été consultées, mais leurs propositions ont été jugées moins favorables.

Cet emprunt a pour objet de rembourser une ligne de trésorerie d'un montant équivalent ouverte le 22 novembre 2007 « pour financer les besoins ponctuels de la municipalité  ».

La délibération revient sur la situation financière difficile de Bergues : « la ville doit financer les investissements reportés de 2007 et ceux de 2008 dans un contexte de déséquilibre et de déficit budgétaires ».

Agence de Gaz de France. - La ville accepte le don de la société Gaz de France, à savoir l'agence située 9, place du Marché-aux-Fromages qui a servi de décor pour le tournage de la comédie de Dany Boon Bienvenue chez les Ch'tis. Selon Sylvie Brachet, maire, Jean-François Cirelli, PDG de GDF, a présenté ce don comme « un hommage aux gens du Nord  ». En contrepartie, il est interdit de démolir ou de vendre ce bâtiment ou d'y aménager des logements.

À quel usage l'affecter ? Suite à l'appel qu'elle a lancé, la ville a reçu huit dossiers en provenance d'associations. Il faut désormais les étudier et voir si on peut réaliser l'un des projets avancés - un musée Dany Boon, un institut de la langue flamande...

Vente d'une immeuble. - Le conseil d'administration du centre communal d'action sociale (CCAS) envisage de vendre un immeuble au 12, rue du Séminaire. Il s'agit d'une maison de type 3 avec 60 m² de surface utile. Selon la délibération, « le gros oeuvre (maçonnerie) et la couverture (environ vingt-cinq ans) sont en bon état général. Les menuiseries doivent être remplacées. Des travaux importants sont à prévoir afin d'y apporter un confort moderne  ». Également à rénover : l'installation électrique. Le fils et la belle-fille de l'occupante des lieux proposent de l'acheter pour 75 000 E. La ville, qui doit donner son accord, autorise cette vente.

Plateforme multimodale.- Il s'agit d'aménager près de la gare une infrastructure intercommunale pour accueillir des bus scolaires. Aujourd'hui, ils se rendent dans le centre-ville alors qu'ils desservent des collèges et des lycées de l'est et de l'ouest de Dunkerque (La Voix du 7 octobre). Il en coûterait dès le départ à la ville environ 20 000 E, puis 200 000 E à prendre dans le budget voirie alloué par la communauté de communes du canton de Bergues. La CCCB porte ce projet.

Bruno Delaplace, ancien adjoint aux Finances, rappelle : « On parle du projet depuis quatre ans au minimum. » Jean-Paul Denys, membre de l'autre groupe d'opposition, souhaite exposer ses idées dans une réunion de commission avant le vote du conseil. Il ajoute en fin de séance que son groupe se montrera attentif à tout ce qui concerne les ventes et achats des terrains.

Source : samedi 18.10.2008, 05:04 - La Voix du Nord

Septembre 2009 : Bergues : la fiscalité locale augmente de 31 %

Sylvie Brachet déclare assumer «l'héritage». Bergues se trouve confronté à des difficultés financières. Elles couvaient déjà à la fin du mandat d'André Declercq, maire de droite qui ne se représentait pas. Ces difficultés ont été évoquées au grand jour avec l'élection de Sylvie Brachet (PS).


Celle-ci, élue à la surprise générale face à deux listes conduites par deux adjoints sortants, n'appartenait pas au conseil municipal précédent. Elle prend en charge une situation financière difficile («  Nous avons trouvé de très mauvaises surprises ») dont elle n'est pas responsable. Toutefois, elle assume la situation et ne veut incriminer personne.

Le compte administratif (l'état exact des finances) montrait un déficit de 709 000 E au 31 décembre 2007. Il représentait 23,38 % des recettes de fonctionnement pour un budget d'environ 3 ME. Or il n'est autorisé qu'un déficit maximal de 10 %. En avril, la ville a présenté un budget primitif, en déséquilibre. Dans un « avis », la chambre régionale des comptes (CRC) a demandé à Bergues un nouveau budget.

Tour de vis
Lors du conseil du 3 juillet, les élus ont décidé (23 voix pour et 4 abstentions) d'augmenter la fiscalité en moyenne de 31,76 %. La taxe sur le foncier bâti passe de 20,44 % à 34,8 %, la taxe d'habitation de 24,44 % à 25,66 %. La taxe sur le foncier non bâti, d'un faible rapport, ne change pas (94,17 %).

Après ce tour de vis, le nouveau budget primitif présentait encore un déséquilibre (473 000 E), mais la CRC a donné à Bergues trois ans, jusqu'à la fin de l'exercice 2010, pour redresser la situation. Il faut trouver 340 000 E chaque année.

La CRC citait comme l'une des causes du déficit «  les dépenses d'investissement engagées, mais non encore payées » alors que les factures avaient été reçues en mairie en 2007. Point positif : le 22 juillet, la CRC a accepté les décisions financières prises par les élus.

Source Photo et article : La Voix du Nord
mercredi 01.10.2008, 05:14 - La Voix du Nord

Finances : la chambre régionale des comptes donne trois ans à la ville pour redresser la barre

Finances : la chambre régionale des comptes donne trois ans à la ville pour redresser la barre

Source 1 : Le Petit Capharnaüm du GroenBerg
Petites Bréves Berguoises, News, Boite à idées & Cie
http://bergues.forum-actif.net/
Source 2 : La Voix du Nord


La situation financière difficile a constitué le principal point que le conseil municipal a examiné jeudi soir.
La situation.- En arrivant en mars à la tête de la commune, Sylvie Brachet (PS) et la nouvelle majorité trouvent une situation financière plus que difficile. La chambre régionale des comptes (CRC) souligne, entre autres, « les dépenses d'investissement engagées, mais non encore payées, bien que les factures aient été reçues en mairie dans le courant de 2007 » pour environ 230 000 E. La CRC calcule le déficit du compte administratif. Il s'élève aujourd'hui à 709 000 E soit 23,38 % des recettes de fonctionnement pour un budget d'environ 3 millions. Un pourcentage incompatible avec les règles comptables qui prévoit un déficit maximal de 10 %.

Le budget primitif à revoir.- En avril, la ville bâtit son budget primitif pour 2008, mais ne parvient pas à l'équilibrer. Elle traîne le boulet du déficit. En mai, le préfet saisit la CRC. La chambre se penche sur la situation financière. Le 18 juin, elle demande à la ville de revoir sa copie et de présenter un nouveau budget primitif dans un délai d'un mois.

L'« avis » de la chambre.- Brigitte Douay, première adjointe chargée des Finances, lit une synthèse de l'« avis » de la CRC. Elle accorde à Bergues un délai de trois ans « pour poursuivre l'effort de redressement de son équilibre budgétaire pour parvenir à un rétablissement complet à la fin de l'exercice 2010 ».

La ville doit trouver près de 340 000 E chaque année.

Les propositions.- Mmes Brachet et Douay proposent, entre autres, d'augmenter la fiscalité locale de 31,76 %. La taxe sur le foncier bâti passe de 20,44 % à 34,8 %. La taxe d'habitation passe de 24,44 % à 25,66 %. La taxe sur le foncier non bâti (94,17 %) ne change pas. Pour sa part, le budget primitif présente un déséquilibre de 472 838 E.

Les commentaires.- « Le déficit ne peut pas être résorbé en un an. La chambre régionale des comptes nous laisse trois ans pour rétablir l'équilibre. Il n'y a pas de mise sous tutelle », résume Mme Douay qui y voit un signe de « confiance » de la CRC.

« Nous avons eu de très mauvaises surprises », estime Mme Brachet. Elle déclare néanmoins accepter « l'héritage » du mandat précédent : « Peu importe si cela remonte à sept mois ou à sept ans. » Selon elle, « cela ne nous fait pas plaisir de réduire le train de vie » de la ville et « d'augmenter les impôts ». Elle en appelle à l'aide des conseils général et régional et de la communauté de communes du canton de Bergues.

Ancien adjoint d'André Declercq, aujourd'hui chef de file de l'un des groupes d'opposition de droite, Paul Lammin expose : « De 2001 à 2006, l'équipe municipale a maîtrisé les dépenses. En 2007, il y a eu des dérives financières inexpliquées (...) engagées sans concertation.

Aucune explication ne nous a été fournie (...). Les responsables, cherchez-les ailleurs que chez nous ! ».

Réplique de Dominique Cornette, membre de l'autre groupe d'opposition, outrée d'entendre M. Lammin se dédouaner ainsi : « J'en appelle à l'éthique. » Jean-Paul Denys, son collègue, déclare : « Notre groupe va voter le budget et les taux. » Pour sa part, Bruno Delaplace (groupe Lammin), ex-adjoint aux Finances démissionnaire en novembre, rappelle avoir été l'un des premiers à avoir donné l'alerte sur la situation financière.

Le vote.- Les élus adoptent le budget primitif et les taux par 23 voix pour et 4 abstentions (le groupe de Paul Lammin).

Et maintenant ?- La ville doit adresser ces délibérations dans les huit jours au préfet et à la CRC. Celle-ci a ensuite quinze jours pour dire si les mesures adoptées lui conviennent.

Juin 2008 Budget primitif : la ville obligée de revoir sa copie

La chambre régionale des comptes a envoyé un « avis » au maire. Elle demande au conseil municipal de présenter, d'ici à un mois, un nouveau budget primitif qui ne soit plus en déséquilibre.

Le conseil municipal se réunira le jeudi 3 juillet, à 20 h. On ne dévoilera aucun secret en écrivant que les difficultés financières de la commune constitueront un morceau de choix. Le 18 juin, la chambre régionale des comptes (CRC), saisie par le préfet, a envoyé à Sylvie Brachet un « avis  », reçu lundi. Les magistrats demandent à la ville de revoir le budget primitif 2008 de façon que, cette fois-ci, il soit en équilibre. La première mouture, en avril, faisait état d'un solde négatif de 761 138 E, incompatible avec les règles comptables en vigueur.

Paul Hernu, président de section à la CRC, précise : « Le report des déficits de l'année 2007 a déséquilibré les comptes (...) Nous attendons la seconde délibération du conseil municipal qui doit se réunir dans un délai d'un mois. » Il n'en dit guère plus car il s'agit d'«  une procédure contradictoire  », en cours. Il précise toutefois que la ville n'est pas mise sous tutelle (un terme d'ailleurs impropre) comme le bruit circule ici ou là.

Sylvie Brachet, élue en mars, confirme : « Nous ne sommes pas sous tutelle, mais sous saisine de la chambre. Nous avons un mois pour suivre ses préconisations. » La tâche s'annonce rude : « Les besoins de Bergues sont criants. » Le compte administratif 2007 (l'état réel des dépenses et des recettes au 31 décembre) montre désormais un déficit de 709 000 E. Les dettes avec emprunts atteignent 5,6 millions d'euros auxquels il faut ajouter un million. « Des factures de 2007 n'ont pas été honorées alors que les travaux étaient lancés. Nous avons découvert des dépenses après coup  », explique-t-elle.

Que faire pour rétablir la situation ? « Augmenter les impôts de 95 % ? Impossible !  » Solliciter des subventions ? Très difficile : qui va mettre de l'argent pour combler un trou ? Sylvie Brachet a envoyé une demande de dotation de solidarité à la communauté de communes, restée sans réponse. La solution viendra-t-elle de la commission des finances ? Elle s'est réunie hier soir avec des représentants de la majorité et des deux listes d'opposition de droite. •

L. L.
mercredi 25.06.2008, 04:59 - La Voix du Nord
Photo : La Voix du Nord
Si vous lisez un texte, voyez une photo, visualisez une vidéo dont les droits d'auteurs ne semblent pas respectés, Merci de nous le faire savoir et nous retirerons le(s) texte(s), image(s) ou vidéo(s) en questions.
herve.butterdroghe(at)bergues.biz

Page AccueilTourisme à Bergues | Marché de Noël de Bergues | Fête de la Musique | Musée de Bergues | Météo de Bergues | Visite Virtuelle | Les plus Dimanche de Bergues | Photos Guerre Bergues | Histoire de Bergues | Fromage de Bergues | Saucisse de Bergues | Traditions et Gastronomie Bergues | Carnaval de Bergues | Cartes Postales Bergues | Carte Postales Bergues | Collége Saint Winoc Bergues | Foire des Rameaux Bergues | Dioparama Foire des Rameaux Bergues | Dans la région | Infos pratiques | Associations Bergues | Ramassage des Poubelles SIROM Flandres Nord | 3CB Zone Verte | Actualités Bergues | Reconstruction du collège Cobergher | 3CB | Reconstruction Station Epuration Bergues | Zone bleu Bergues | Bergues….. | Le Film Bienvenue Chez les Ch'tis | Extrait film Bienvenue chez les ch'tis | Les coulisses du tournage à Bergues | Les Photos du film | Les Photos du Bonus DVD à Bergues | Vidéos et Parodies du Film | Welcome to the sticks | Welcome at the Rednecks | Benvenuti-al-sud | CNN et Jim Bittermann revisite la France | 4 jours de Dunkerque à Bergues | Liens | Photos Bande de Bergues
Prochain conseil municipal le ...............................

La plateforme d'échange de bus

ICI

Communauté des Communes du Canton de Bergues

Retrouvez les actualités de la 3CB ICI


Copyright (C) 2008. Tous droits réservés. Création Avril 2008 et Derniére publication le lundi 18 janvier 2016Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSPropulsé par herve.butterdroghe(at)bergues.biz